Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 12:06

SHAZZAN :

Ce personnage dessin animé a été créé par
Alex Toth pour les studios Hanna Barbera et fut diffusé sur CBS en septembre 1967: il y eut 36 épisodes.


Il n’est apparu en France qu’en 1979 sur TF1 et ne semble pas avoir marqué les esprits. Les jumeaux Chuck et Nancy explorent une grotte du Maine et y découvrent un anneau coupé en deux. Lorsqu'ils réunissent les deux parties de l'anneau et invoquent le nom de SHAZZAN, ils se retrouvent transportés au pays des mille et une nuits et des chevaliers arabes où ils rencontrent Shazzan, un génie géant qui devient leur ami et les aidera à chaque fois qu'ils l'invoqueront en frappant les deux morceaux de l’anneau l’un contre l’autre. 

La série est adaptée en comic book dans 5 numéros d’Hanna Barbera TV Heroes (n°2 à 6) chez Gold Key en 1968-69 aux côtés notamment de Mightor et Space Ghost, (autres créations de Toth), avec parmi les auteurs Don Christensen.

En France, le héros fut publié par l'éditeur Télé-Junior. Un album est sorti en mars 1980. La BD est aussi parue dans Super-As n°85-87 en 1980 (« La fontaine de Khalid »).


Plus récemment, en 1998, DC a ressuscité Shazzan dans un numéro de Cartoon Networks presents 


Fabrice Castanet
Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 00:00

Titi et Sylvestre en BD (par Fabrice Castanet)

Les studios Warner Bros ont produit des centaines de dessins animés entre 1930 et 1969. La licence accordée par le producteur Léon Schlessinger (1883-1949) à l'éditeur américain Western Publishing pour l’adaptation en Comic Book des personnages de la Warner fut exploitée dès 1941, avec le premier numéro de "Looney Tunes and Merry Melodies" dans lequel apparaissent pour la première fois dans un comic book les personnages de Bugs Bunny, Elmer Fudd, Daffy Duck et Porky Pig...Il y eut 246 numéros de 1941 à 1962 puis 47 numéros chez l'éditeur Gold Key de 1975 à 1984... 

Les bandes étaient alors l’œuvre de dessinateurs et de scénaristes pour la plupart anonymes : question de droit et d'un genre, le "funny animal" sans doute considéré...mineur pour nombre d'artistes...Mais on peut quand même citer pour le matériel américain Paul S. Newman, Mike Maltese, Win Smith, George Storm, Chase Craig, Carl Buettner, Shawn Keller, Pete Alvarado, Jack Manning, Joe Messerli et John Carrey dont pas mal d'anciens animateurs ou screenwriters des dessins animés...

Titi (Tweety Bird) est apparu pour la première fois en 1942 dans le dessin animé « A tale of two kitties » de Bob Clampett (1913-1984). C’est le canari d’une vieille dame nommée Mémé (Granny) qui ne soupçonnera jamais à quel point cette innocente et frêle petite chose peut être redoutable et dévastatrice.

L’expression favorite de Titi est : « I tawt I saw a puddy tat », (« Z’ai cru voir un rominet ! ») prononcée avec son éternel air innocent (voix de Mel Blanc), tandis qu’il « pulvérise » ses soi-disant prédateurs notamment ce pov’ rominet ! 

Titi est adapté en bande dessiné à la fin des années 40 chez Dell Comics, filiale de la Western Publishing. dans "Looney Tunes and Merries Melodies".

C’est en 1947 dans « Tweetie Pie » qu’il rencontre Sylvestre (Sylvester): ce fut d’ailleurs le premier dessin animé de la Warner Bros à remporter un Oscar ! Mais Sylvestre est apparu pour la première fois en "solo" en 1945 dans le cartoon « Life with feathers » de Friz Freleng. Son expression favorite est : « Thufferin’ Thuccotash ! ». Au départ, il est le comparse de Speedy Gonzales ou de Porky Pig mais son meilleur rôle reste celui du souffre douleur attitré de Titi. Freleng dirigera plusieurs dessins animés de Tweety and Sylvester de 1947 à 1964, récoltant deux oscars au passage et plusieurs nominations. Plus tard Titi et Sylvestre feront carrière à la télévision, notamment dans "The Sylvester and Tweety Mysteries" en 1995.

Sylvestre est adapté en BD pour la première fois chez Dell Comics en 1948 aux côtés de Cochonnet (Porky Pig) dans les "Looney Tunes and Merrie Melodies" et plus d’un an après ce sont Tweety and Sylvester qui y font leur débuts avant d’avoir leur propre comic book de 1952 à 1984 (chez Dell de 1952 à 1962 : au moins 37 numéros puis Gold Key de 1964 à 1984 : 121 n°) puis chez DC depuis les années 90.

En France, on retrouve le duo chez Sagédition dans "Bugs Bunny" de 1957 à 1986 puis "Titi Poche" (1974-87), "Titi Géant" (1974-86), "Sylvestre et Titi" ,"Superman Poche" : il s’agit pour l’essentiel des traductions des bandes américaines (Paul S.Newman assure de nombreux scénarios), mais aussi de matériel italien (Massimo Fecchi, Giorgio Rebuffi, Guido Scala, Studio Giolitti, Esposito...) ou français (G. Lellbach). En "albums" Sagédition, signalons : Titi le canari au pétrole (1974), Un Titi c’est du poulet (1977), La loi c’est la loi, Vacances aux Canaries, Au pays du Capitaine Canari (1983), Le legs du Baron d’Epiaf...sans oublier Le Meilleur de Titi dans la collection « TV Pocket » (1981).


Repost 0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 16:49

Les personnages de BD Jeanette et Doudou furent « créés » en 1941 par l’"editor" Chase Craig pour la maison d'édition Western Publishing/Dell Comics.

Au départ, Doudou alias Sniffles the mouse est une énième et obscure souris de dessin animé imaginée par Chuck Jones pour les studios Warner Bros. à la fin des années 30 et recyclée dans les pages de fin des premiers numéros du comic book "Looney Tunes and Merrie Melodies" car à l’époque, il fallait bien combler les pages, la plupart des grandes vedettes du studio n’ayant pas encore vu le jour !

Bientôt, la gentille petite fille blonde Mary Jane (dont le nom s’inspire de celui de l’épouse de Chase Craig) qui a la capacité de réduire sa taille rejoint la petite souris dans des aventures fantastiques au pays des jouets et des fées. La série s’intitule « Sniffles and Mary Jane » puis rapidement, « Mary Jane and Sniffles » la gamine s’avérant en réalité la véritable héroine de la série... 

Elle est d’abord illustrée par Roger Armstrong dans les années 40, Ralph Heimdahl en 1946-48 (davantage connu pour avoir longtemps dessiné le strip de "Bugs Bunny et ses amis") puis par Al Hubbard la décennie suivante. Jim Pabian a également travaillé sur les personnages en 1949-50.

Carl Fallberg a écrit plusieurs scénarios.

Le duo fera les beaux jours (et la couverture) de plusieurs numéros du comic book "Four Color" dès le n°402 en 1952, sa dernière apparition chez Dell Comics datant de 1961 avant de reparaitre de façon sporadique dans les années 60 chez Gold Key mais alors relegué en toute fin de pages du comic book "Bugs Bunny"...puis ce ne sont plus que quelques rééditions qui entretiennent un temps la flamme dans les années 70...mais des personnages si désuets sont passés de mode depuis bien longtemps...

En France, l'éditeur SAGEDITION publia quelques aventures du duo dans ses différentes revues mettant en scène les personnages de la Warner...

Fabrice Castanet

Repost 0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 14:31

En France, la version BD de Droopy fut d'abord intitulée...FOFFO !
Le personnage flegmatique mais hilarant de DROOPY  (Droopy Poodle)
a été créé par le génial TEX AVERY en 1943 sous la simple appellation de « Happy Hound » dans le dessin animé « Dumb Hounded ». A l’instar de tant de vedettes de cartoons comme Daffy Duck ou Woody Woodpecker, il sera définitivement baptisé seulement deux ans plus tard, dans le deuxième dessin animé le mettant en scène, « The Shooting of Dan McGoo ». Tex Avery a dirigé ce personnage, si emblématique de son œuvre, jusqu’en 1954, date de son départ de la MGM. Son successeur, Michael Lah, obtint une nomination aux Oscars pour "One Droopy Knight" en 1957, alors que Tex Avery n’avait jamais réussi à être nommé (comme quoi !). Le dernier cartoon mettant en scène Droopy s’intitule « Droopy Leprechaun » (1958). Plus tard, il reviendra à la télévision dans « Droopy, Master Detective ».... Droopy apparaît en bande dessinée dans le comic book "Our Gang" puis "Tom and Jerry" au cours des années 50 mais sans beaucoup de succès ; parmi les dessinateurs, l’illustre CARL BARKS signera un épisode en 1944 dans Our Gang n°9 (« Happy Hound Detective »). Certains récits sont dus au talentueux Harvey Eisenberg à Lynn Karp, Phil DeLara ou Ken Champin, pour les dessins et Vic Lockman ou Carl Fallberg pour les textes. (Dark Horse publiera brièvement le personnage en 1995). En France, l'éditeur SAGEDITION publie quelques uns de ces épisodes américains mais la plupart du temps, ils sont dessinés par Raymond Maric (1968-73) où le héros, bizarrement rebaptisé Foffo, est un chien vagabond qui s’ébat dans une série de gags sans beaucoup de relation avec le cartoon d’origine : on ne voit jamais le loup par exemple, mais aussi comment retranscrire en BD l’univers dément et loufoque de Tex Avery ? Sans doute, cette incapacité explique t-elle l’insuccès da la bd aux USA. Un album broché intitulé « Foffo, un chien un peu cabot » a été publié par Sagédition en 1975 dans la collection « Chiens et chats ».

Foffo continuera sa carrière hors Sagédition à la SFPI et Eurédif qui publieront notamment du matériel italien du studio Nicola Del principe (le cabot s’appelle là-bas Fido !) mais, cette fois, sous le nom de Droopy, et plusieurs histoires seront dues au le pinceau de Gen-Clo sur des textes de Maric qui connait bien le personnage.

Fabrice Castanet

Repost 0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 10:44
Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 11:58

BOP ET BE-BOP alias Big Spike and Little Tyke sont un spin-off du dessin animé Tom & Jerry, né de l’imagination de Hanna & Barbera pour les studios MGM. En 1949, Tex Avery les dirigera dans « The counterfest cat ». Spike est un bulldog plutôt pas commode qui terrorise le chat Tom et Tyke est son adorable petit, qu’il tente d’éduquer – en vain !- selon des préceptes bien à lui. Spike se montre agressif envers ce pauvre Tom, tandis que Tyke est la gentillesse même (un peu à l’image de P’tit Loup et Grand Méchant loup chez Disney). Spike (qui au départ s’appelait Butch) est né dans le cartoon « Big Trouble » en 1942. Il apparaîtra en guest star dans plusieurs cartoons pendant encore plusieurs années avant que Tyke n’apparaisse à ses côtés, en 1949 dans « Love That Pup ». Même après, Spike continuera à apparaître sans son chiot, de temps à autre en guest-star, y compris dans des dessins animés de Droopy (entre 1949 et 1952). Spike & Tyke apparaissent dans le comic book Tom and Jerry n°79 en février 1951 et seront publiés jusque dans les années 60 notamment dans "Four Color", obtenant au passage leur propre titre de 1953 à 1961. Parmi les multiples dessinateurs américains "anonymes", on distingue Lynn Karp, Fred Abranz, Al Hubbard, Phil DeLara, Ken Champin, Lee Hooper (années 50-60) et Jack Bradbury... En France, SAGEDITION publie ces bandes américaines dans ses revues comme  Tom et Jerry ou encore Tom et Jerry Magazine  tandis que RAYMOND MARIC réalise beaucoup d’épisodes directement pour l’éditeur français dans les années 60-70. Pour l’anecdote, Maric obtiendra le droit de signer ses planches des personnages de la MGM à partir de 1970. Les deux bulldogs continueront leurs aventures chez d’autres éditeurs français, sous le pinceau de Gen-Clo (textes de Maric) ou Royer Marin, comme la SFPI ou Eurédif où ils sont alors appelés par leur nom d’origine.

Nota Bene : Bop et Be-Bop s’appellent Bullo e Birillo en Italie.

Fabrice Castanet










      Une planche de Raymond Maric

Repost 0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 10:56

LOURDAUD ET HOUPETTE (Barney Bear and Benny Burro)

BARNEY BEAR (l'ours Barney) fut la première des stars animées des studios de la MGM : il est né en 1939 sous la direction de Rudolf Ising dans le cartoon « The bear that couldn’t sleep ». En 1941, dans le dessin animé intitulé « The Prospecting Bear », Barney rencontre un âne qui évoque son futur comparse du dessin animé de 1953, « Half-Pint Palomino » de Dick Lundy, connu sous le nom de Benny Burro. Benny, « the lonesome burro » a débuté en 1942 dans « Little Gravel Voice » de Rudolf Ising : c’est seulement dans le comic book qu’il recevra un nom, sans doute une trouvaille d’Eleanor Packer, éditor tout puissant de l’époque. Si dans la version comic book, il devient dès 1944, le fidèle compagnon de l’ours Barney, il n’apparaît à ses côtés que dans cet unique dessin animé ! Après le départ d’Ising de la MGM, le show est repris en main par George Gordon, un ancien des studios Terry Toons. Lorsque ce dernier quitte à son tour la MGM en 1945, la série est suspendue jusqu’en 1949, puis quelques cartoons voient le jour, sous la direction de Michael Lah et Preston Blair. Dick Lundy supervise ensuite la série à partir de 1952. A son départ, en 1954, le show est définitivement stoppé (Bird-Brain Bird Dog) après 26 dessins animés au final.

En bande dessinée l’ours Barney apparaît dès le 1er numéro de "Our Gang" de la Western Publishing en Octobre 1942, brièvement dessiné par Walt Kelly qui deviendra plus tard célèbre avec Pogo. Il fut rapidement relayé au 11ème épisode par l'immense Carl Barks, le fameux créateur d’Oncle Picsou et tant d’autres héros disneyiens, de 1944 à 1947 (26 récits dans Our Gang n°8-36). Par la suite, divers artistes se succédèrent sur le titre comme Gil Turner, Harvey Eisenberg, Lynn Karp, Lee Hooper, Phil DeLara dans les années 50-60, Jim Pabian, Ken Champin, Frank Mc Savage, Al Wiseman sur des scénarios de Vic Lockman entre autres. Barney continue a paraître dans le comic book "Tom and Jerry" après 1949 (Our Gang étant rebaptisé Tom & Jerry en 1949) jusque dans les années 50-60. Bien que seulement deux fois à l’écran ensemble, Barney et Benny deviendront inséparables dans leurs aventures en comic book ! Benny n’aura plus d’histoire seul en BD dès la fin des années 40 mais accompagnera régulièrement Barney dans les années suivantes.

La BD a été publiée en France par SAGEDITION notamment dans le "grand format" Tom et Jerry Magazine. Raymond Maric dessina des épisodes inédits directement pour l'éditeur français. Cette bande animalière met en scène l’ours Lourdaud et l’âne Houpette et leur « ennemi » le colérique cerf Grandbois ((Mooseface Mc Elk). Barney Bear s’appelant Papalardo en Italie, il semble que le nom français soit davantage inspiré de l’italien (Lourdaud/Papalardo) que de celui d’origine, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que beaucoup du matériel publié par SAGEDITION provenait d'Italie.

Fabrice Castanet 

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 00:00

Cette fameuse série télé produite par Michael Garrison fut lancée par la Columbia de 1965 à 1970 sur CBS afin de concurrencer « Des Agents très spéciaux ». C’est un mélange de western, de fantastique et d’espionnage mettant en scène en 1870 deux agents secrets aux ordres du président Grant : l’intrépide et bagarreur James West, joué avec fougue par le jeune Robert Conrad et l’homme aux mille déguisements Artémus Gordon (Ross Martin) face à des criminels et des savants fous parmi lesquels l’inénarrable nain Miguelito Loveless (Michael Dunn). La série a été diffusée pour la première fois en France en 1967, sur la seconde chaîne de l’ORTF.

Aux USA, comme la plupart des séries télévisées à succès, elle fut adaptée en bande dessinée par l'éditeur Gold Key de Juin 1966 à Octobre 1969. Au graphisme, on retrouve Sal Trapani puis Al Mc Williams.

En France, le comic book est paru chez SAGEDITION dans la revue mensuelle Rintintin et Rusty Vedettes TV (n°100,110 et 114) puis Rintintin et Rusty (n°4,6,10) , de 1968 à 1970, dans le petit format Pépito (n° 26), la revue Des Agents très spéciaux (n°3) et le magazine Vedettes TV présente (n°6).

Mais il existe une version française également adaptée de la fameuse série télévisée, écrite par Jean Sanitas et mise en images par Gérald Forton pour Pif-Gadget en 1975 et 1976 puis Télé-Junior (1978-1980).

Fabrice Castanet


Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 00:00
Des agents très spéciaux (Man from UNCLE) fut une série télévisée à succès de Norman Felton diffusée aux Etats-Unis entre 1964 et 1968.
Surfant sur la mode James Bond, elle met en scène de façon très débridée deux espions : un russe,  Illya Kulyakin (interprété par David Mc Callum   plus récemment vu dans N.C.I.S) et un américain, Napoléon Solo (interprété par Robert Vaughn qu’on a pu voir au cinéma dans « Les 7 mercenaires » ou « Bullit »), travaillant de concert pour l’organisation secrète anti-crime U.N.C.L.E (United Network Command for Law Enforcement)...
Les deux agents secrets affrontent une organisation de malfaisants, l’O.M.S (Organisation de Subversion Monidale) soit en V.O, T.R.U.S.H, autrement dit Technological Hierarchy for the Removal of Undesirables and the Sujugation of Humanity : comme on le voit, la série ne manque pas d’humour ! La version comic book de la série fut éditée par le grand spécialiste américain du genre, détenteur de la plupart des licences TV, GOLD KEY de mai 1965 à avril 1969, soit un total de 22 épisodes. Elle fut illustrée entre autres par Don Heck (co-créateur d'Iron Man) dans les premiers numéros (1965-66), Mike Sekowsky du numéro 6 au 14 (1966-67), George Tuska et Joe Certa (essentiellement de l’encrage du 10 au 12 et du 15 au 22). Les textes sont pour la plupart du vétéran Paul S. Newman et parfois de Dick Wood. Les dessinateurs Mike Roy et Werner Roth auraient également participé à la série. 

La bande dessinée, parfois traduite fort maladroitement par « L’homme de l’Oncle » a primitivement été publiée par SAGEDITION dans Rintintin et Rusty Vedettes TV (1967-69) puis dans la Collection Vedettes TV (5 numéros entre 1968 et 1970) ainsi que dans Pépito Magazine ou Amok, du même éditeur. 

Index (avec l'aide de JM Razer)
Rintintin et Rusty Vedettes TV : 22 épisodes ont été édités aux USA entre 1965 et 1969 (20 inédits puis deux rééditions) et ont été publiés partiellement et dans le désordre dans Rintintin 1ère série entre 1967 et 1969:


n°82 : L’affaire des dix petits oncles par Don Heck ? (The Little U.N.C.L.E.S Affair in Man From Uncle #5, 03/66)86 : La traîtrise de l’agent Solo par Don Heck (The rip van solo affair, in Man from Uncle (MFU)#4, 01/66)
    • 88 : Le puzzle du baron fou par Mike Sekowsky (The pixilated affair in MFU 7, 07/ 66)
    • 90 : Les souris aveugles de l’O.S.M par Mike Sekowsky (The three blind mice affair in MFU 6, 05/66)
    • 93 : Le cheval de Troie par Mike Sekowsky/Joe Certa (The trojan horse affair in MFU 10, 01/67)
    • 94 : L’affaire des hommes flottants par Mike Sekowsky (The floating people affair in MFU 8, 09/66
    • 95 : L’affaire du Spirit of St-Louis par Mike Sekowsky (The spirit of st louis affair in MFU 9, 11/66)
    • 96 : Vols dans une usine d'aviation par Georges Tuska (The Fortune Cookie Affair in MFU#2, 1965)
    • 98 : Le collecteur de cerveaux par George Tuska (The brain drain affair in MFU 14, 09/67)
    • 100 : Les nains de l’OSM (The Three Story Giant Affair in MFU#11, 03/1967)
    • 102 : Les animaux espionspar Werner Roth ?, encrage de Joe Certa (The animals agents affair in MFU 15, 11/67)
    • 103 : Le journal d’un défunt par Mike Sekowsky/Joe Certa (The dead man's diary affair in MFU 12, 05/67)
    • 105 : Visions mortelles par Mike Roy ?encrage de Joe Certa (The deadly visions affair in MFU 17, 03/68)
    • 107 : La poudre infernale par Werner Roth ?encrage de Joe Certa (The instant disaster affair in MFU 16, 01/68)
    • 111 : Les étrangers de l’espace par Werner Roth ?encrage de Joe Certa (The aliens affair in MFU 18, 05/68)
    • 113 : Pôle Nord à volonté par Mike Roy ?encrage de Joe Certa 10/68 (The deep freeze affair in MFU 20, 10/68)
    • 116 : L’affaire de l’armure étincellante par Mike Roy ?encrage de Joe Certa (The knight in shining armor affair in MFU 19, 07/68)

      Des Agents très Spéciaux Collection Vedettes TV (rééditions)
    • n°1. La traîtrise de l’agent Solo (The rip van solo affair par Don Heck, 01/66 publiée dans Rintintin n°86), Le Puzzle du Baron Fou (publiée dans Rintintin 88), Les Animaux Espions (The animals agents affair, 11/67, publiée dans Rintintin 102), Les Nains de l’O.S.M (Rintintin n°100) (12/69)
    • 2. L’affaire du spirit of st louis (The spirit of st louis affair par Mike Sekowsky, 11/66), L’affaire des hommes flottants =The floating people affair (Mike Sekowsky), La poudre infernale (Rintintin 107)
    • 3. Les souris aveugles de l'O.S.M (The three blind mice affair, 05/1966, publiée dans Rintintin 90, Mike Sekowsky), Visions mortelles = The deadly visions affair, 03/1968 (Mike Roy ?, encrage de Joe Certa) publiée dans Rintintin 105 , Les étrangers de l'espace = The aliens affair, 05/1968 (Werner Roth ?, encrage de Joe Certa), publiée dans Rintintin 111
    • 4. Vols dans une usine d’aviation (08/70), réédition de Rintintin 96, le journal d’un défunt = The dead man's diary affair,05/1967 (Mike Sekowsky/Joe Certa) publiée dans Rintintin 103, Pôle Nord à volonté = The deep freeze affair, 10/1968 (Mike Roy ?, encrage de Joe Certa) publiée dans Rintintin 113
    • 5. Le mystère des jouets du diable (MFU#3) Subversion au Pays Mawzi (dans MFU#1, 05/1965), L’Affaire de l’Armure Etincellante (The knight in shining armor affair 07/68)
      Pépito Magazine n°24 : l’affaire des clowns volants (The Flying Clowns Affair in MFU#13, 07/1967)
Nota Bene : Il existe aussi un album Collection TV (rééditions MFU 1-4-7).
Fabrice Castanet

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:56

BONANZA fut une revue publiée par l’éditeur Sagédition de juin 1965 à 1972, soit un total de 48 numéros: c'est un clone français du comic book édité par la Western Publishing. aux Etats-Unis. Si le titre phare du magazine fut bien évidemment l’adaptation de la fameuse série télévisée, la revue proposait également plusieurs séries secondaires, pour la plupart elles-mêmes tirées de feuilletons américains. Les couvertures reprenaient en général celles du comic-book mais certaines furent dessinées directement pour l'éditeur français par Ferdinando Fusco à partir du n°29.


LES SERIES


La très populaire série télévisée BONANZA, diffusée de 1959 à 1973 par la NBC fut adaptée pour la première fois en bande dessinée en 1960 aux USA dans le comic book Four Color de Western/Dell Publishing par le prolifique scénariste Gaylor Dubois et le dessinateur Tom Gill, davantage connu pour sa longue contribution au fameux héros masqué « The Lone Ranger ». 

 

Très vite, la série obtint son propre titre éponyme publié chez Dell Publishing puis Gold Key de 1962 à 1970 (37 numéros). 

















En France, la bande a été éditée par Sagédition dans son propre magazine
entre 1965 et 1972 (48 numéros, mensuels puis trimestriels) et rééditée dans
Rintintin 2ème série de 1976 à 1983 ainsi que dans la Collection Vedettes TV (2 tomes en 1976 puis un troisième en 1979) mais l'insuffisance de matériel américain obligea l'éditeur français à rapidement commander des épisodes supplémentaires à Ferdinando Fusco (à partir du 7ème numéro en fait). L’artiste italien Mario Uggeri a de son côté adapté le show pour Il Corriere dei Piccoli au début des années 60, un matériel également utilisé par Sagédition dans Bonanza n°1 à 3 ("12 heures pour le sauver")...


La série “Bonanza” relate l'histoire de la famille Cartwright à la grande époque du Far-west : elle est composée du père Ben (Lorne Greene qu'on peut voir dans "Galactica") et de ses trois fils Joe (Michael Landon le futur Charles Ingalls de la série télévisée "La petite maison dans la prairie") Adam (Pernell Roberts) et Eric (joué par Dan Blocker). Rivalité avec les autres propriétaires de ranch, bagarres avec des bandits et lutte contre les indiens constituaient le fil rouge de cette série devenue un grand classique du western télévisé.

 

ANNIE AGENT TRÈS SPÉCIALE (Girl from Uncle) est une bande américaine de Gold Key, dessinée tour à tour par Al Mc Williams, Frank Bolle et Bill Lignante. Elle adapte la série télévisée américaine « Girl from Uncle ». Peu connue en France, il s’agit en fait d’un spin off (série dérivée) de « Man from Uncle » (Des agents très spéciaux), créé par Sam Rolfe et interprété par Stéphanie Powers (April Dancer), future vedette de « Pour l’amour du risque », Noel Harrison (Mark Slater) et Léo G. Carrl qui reprend son rôle d’Alexander Waverly. Elle a été diffusée sur NBC de 1966 à 1967 (29 épisodes) et a débarqué chez nous sur la deuxième chaîne de l’ORTF en 1969. En comic book, seuls 5 numéros furent publiés aux Etats-Unis par Gold Key de février à octobre 1967. Annie (April) Dancer est une jeune espionne qui à l’instar de ses collègues de la série « Des agents très spéciaux » travaille également pour l’U.N.C.L.E (United Network Command for Law Enforcement) et lutte contre les méchants de T.R.U.S.H. (The Technological hierarchy for the Removal of Undesirables and the Subjugation of Humanity). Mais ce qui faisait l’originalité de la série “Man from Uncle” (un russe et un américain luttant côte à côte dans un joyeux délire) a disparu et, de plus, comme si les producteurs n’avaient pas osé aller jusqu’au bout de leur idée, il a fallu qu’ils adjoignent un espion mâle (Mark Slater), à la belle Annie. Machisme, machisme...


BEDROK BARNES LE PROSPECTEUR par Gaylord Dubois et Tom Gill (Dell Comics) : cette sorte de spin off de Bonanza  met en scène un chercheur d’or excentrique dans de courtes fables, publiées dans le comic book américain Bonanza.


GÉNÉRAL CUSTER : curieusement, le général Custer est représenté ici comme un héros de western dans cette série britannique créée en 1968-69 dans les revues Jag puis Tiger. Elle a été mise en images par Geoff Campion et Eric Bradbury (n°39,40,42, 45-48). Le héros a également été publié dans Le roi de la prairie (n°16, juin 1970 et n°17, août 1970).


RED RYDER ET PETIT CASTOR (Red Ryder and Little Beaver) : il s'agit ici de la version comic book de la Western Publishing d'après le fameux comic strip de Fred Harman. Divers autres dessinateurs ont illustré les aventures en comic book de Red Ryder et Petit Castor comme Bill Lignante en 1958.

Red Ryder fut également publié dans Amok (n°19 et 21) du même éditeur et Spécial Arc en Ciel (SFPI).

 

AU CŒUR DU TEMPS (The Time Tunnel) est un comic book de Gold Key de 1967 dessiné par Tom Gill (5 épisodes publiés dans deux numéros seulement) qui adapte la série TV d’Irwin Allen avec James Darren et Robert Colbert, « The Time Tunnel ». Les cinq épisodes américains sont publiés dans le désordre aux n° 34 et 35 de Bonanza.

La série télévisée n’a pas duré elle non plus très longtemps, simplement une saison de 30 épisodes en 1966-67. Elle relate les aventures des scientifiques Tony Newman et Doug Phillips qui dirigent un projet de voyage dans le temps financé par le gouvernement des États-Unis. Voulant convaincre un sénateur de l'efficacité de son projet, Tony expérimente pour la première fois le tunnel à voyager dans le temps et  se retrouve sur le Titanic en 1912 quelques heures avant qu'il ne sombre ! Douglas tente de le secourir, mais les choses se passent mal et ils se retrouvent perdus dans le temps. Ils voyagent parfois dans le futur, parfois dans l’espace et se battent même contre des extra-terrestres. La récente série « Sliders » doit comme on le voit beaucoup à « The Time Tunnel ». Cette idée a même été exploitée en France dans Le Journal de Mickey avec la série « Mickey voyage à travers le temps », sauf que dans ce dernier cas, point besoin de tunnel, un simple coup sur la tête suffit à projeter la fameuse souris à une autre époque !


MILTON MAC MANUS LE GAUCHER est un western d'origine britannique dessiné par Don Lawrence (en V.O, “Wells Fargo”, et le héros s'appelle Jim Hardy) d'après là encore une série télévisée. Il a été publié dans la revue Zip en 1958-59 puis dans Swift en 1960 (Bonanza n°20-21,25-28).





La revue
Bonanza proposait également d'autre séries plus mineures que nous étudierons prochainement (...ou pas) : 


GRINGO est un classique western espagnol par F. Red 


NOS AMIES LES BÊTES est une série didactique par Ed Dodd 


VERS L'OUEST (Revue Production Inc), série britannique également présente dans Amok.


RICK O’SHAY : comic strips du Chicago tribune par Stan Lynde, le plus souvent sans texte.


BUGS BUNNY ET SES AMIS, strip de Ralph Heimdahl 


DINAH MYTHE EST SES CASCADEUSES (Jet Dream & her Stuntgirl Counterspies), bande US dessinée par Joe Certa qui paraissait en histoire complémentaire dans le comic book "Man from UNCLE" chez Gold  Key (à partir du n°7). Il existe également un one-shot chez le même éditeur daté de juin 68. Cette bande s'inspire sans doute du personnage de Pussy Galore dans le James Bond "Goldfinger".
On la retrouve également dans "Voyage au fond des mers" n°3 et 4 (info Tristan Lapoussière)
.



A cela il faut ajouter de nombreuses PLANCHES DIDACTIQUES (matériel américain le plus souvent) et  des NOUVELLES ILLUSTREES (mettant en scène les protagonistes de Bonanza le plus souvent) et des JEUX illustrés par les auteurs français Héno, Lellbach, Jac L. ou encore Gabi Arnao.


Fabrice Castanet.

Index de la revue

 

Tags : Bonanza, série télévisée bande dessinée, comic book, dell comics, fusco, sagédition

Repost 0

Présentation

  • : KASTET
  • KASTET
  • : Vétérinaire et dessinateur/rédacteur pour la Dépêche Vétérinaire, Vetlife, le webzine canadien Le Rapporteur, la newsletter du GTV Bretagne, Le Cherche-Midi, Vetforum (2000-2001), rédacteur d'articles sur la BD populaire....retrouvez ici articles et dessins de presse
  • Contact

Copyright

Tous les dessins sont copyright Kastet. Merci de me demander l'autorisation avant ultilisation.

Recherche

Texte Libre